Tout savoir sur l'actualité dans la protection des animaux, agir par des pétitions, des lettres, des manifestations, et se faire de nouveaux amis!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Aider les pigeons de la ville de Nancy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arkana
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3124
Age : 35
Localisation : Hainaut - Belgique
Date d'inscription : 16/08/2005

MessageSujet: Aider les pigeons de la ville de Nancy   Dim 7 Mai - 15:58

A DIFFUSER AUSSI A TOUS LES PROTECTEURS svp

Suite à notre intervention contre une capture de pigeons à Nancy et à notre contestation contre l'abattage des pigeons fait par la mairie en caissons à vide d'air.

La mairie conteste la souffrance de la tuerie des pigeons en caissons à vide d'air.
Nous nous permettons donc a l'appui de références scientifiques venant des états-unis de mettre en évidence la souffrance infligée à ces pauvres oiseaux.
Nous demandons donc à chacun d'entre-vous de faire un copié-collé de ce texte et de l'envoyer au maire afin que ces ignobles tueries cessent enfin dans notre pays.

Les pays "developpés" n'utilisent plus le caisson depuis longtemps la France persiste hélas...........

=================================================

A ENVOYER A :

laurent.peru@grand-nancy.org


Monsieur,

Vous dites que concernant le procédé de mise à mort des pigeons de ville utilisé par la ville de Nancy :
le procédé utilisé (appauvrissement en air) ne provoque en aucun cas les éclatements d'organes décrits et la question de la souffrance animale a été analysée lors de la mise au point de cette technique.
et bien les experts vétérinaires américains sont d'un autre avis : l'AVMA qui fait autorité dans le monde en matière de norme de bien-être animal dit
Le rapport 2000 de l'American Veterinary Medical Association indique, à la fin, dans sa liste des agents et méthodes inacceptables pour euthanasier que :

La décompression est inacceptable pour l'euthanasie en raison de nombreux inconvénients.
(1) Beaucoup de chambres sont conçues pour produire un vide à une vitesse 15 à 60 fois plus rapide que ce qui est recommandé comme optimum pour les animaux, avec pour résultat la douleur et une détresse attribuable aux gaz qui se dilatent et qui sont emprisonnés dans les cavités du corps.
(2) les animaux immatures résistent à l'hypoxie, et de plus longues périodes de vide sont exigées avant que la respiration cesse.
(3) la récompression accidentelle, avec le rétablissement des animaux blessés peut se produire.
(4) des boursouflages, des saignements, des vomissements, des convulsions, de l'urination, et de la défécation, qui sont esthétiquement désagréables, peuvent se développer chez les animaux sans connaissance.

Decompression is unacceptable for euthanasia because of numerous disadvantages.
(1) Many chambers are designed to produce decompression at a rate 15 to 60 times faster than that recommended as optimum for animals, resulting in pain and distress attributable to expanding gases trapped in body cavities.
(2) Immature animals are tolerant of hypoxia, and longer periods of decompression are required before respiration ceases.
(3) Accidental recompression, with recovery of injured animals, can occur.
(4) Bleeding, vomiting, convulsions, urination, and defecation, which are aesthetically unpleasant, may develop in unconscious animals.

Dans les GUIDELINES FOR HUMANE EUTHANASIA OF ANIMALS de l'American Veterinary Medical Association on retrouve, repris du rapport 2000, ce même procédé considéré comme inacceptable (donc cruel).

D'autre part :

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (généralement appelée FAO : Food and Agriculture Organization, une organisation spécialisée de l'ONU) a publié en 2001 une brochure intitulée : "MANUAL ON PROCEDURES FOR DISEASE ERADICATION BY STAMPING OUT"

Dans le chapitre 3 méthodes d'abattage, aux autres moyens physiques, la décompression est mentionnée.
On y lit que la décompression est maintenant considérée comme inacceptable.

OTHER PHYSICAL METHODS - Decompression - This method is now regarded as unacceptable.

Savez vous que dans quelques états US cette pratique est sanctionnée pénalement ?
autre pays autres moeurs ...............

L'autorité européenne de sécurité des aliments a rendu un autre avis récent du 14/11/2005 qui porte sur les aspects biologiques et de bien-être des animaux utilisés dans la recherche scientifique dans la perspective d'une révision de la directive 86/609/CEE.
The EFSA Journal (2005) 292, 1-46 - Opinion on the "Aspects of the biology and welfare of animals used for experimental and other scientific purposes dans le tableau n° 4 page 37 :
Les méthodes suivantes ne doivent pas être employées pour mettre à mort les oiseaux
............. décompression (caisson à vide) .......... anhydride carbonique (CO2)
Table 4 - Characteristics of methods for euthanasia of birds

« The following methods are not to be used for killing birds: neck crushing, decompression, exsanguination, carbon dioxide, nitrous oxide, diethyl ether, chloroform, cyclopropane, hydrogen cyanide gas, trichlorethylene, methoxyflurane, chloral hydrate, strychnine, nicotine, magnesium sulphate, ketamine and neuromuscular blocking agents »

juridiquement :

L'arrêté du 12 décembre 1997 relatif aux procédés d'immobilisation, d'étourdissement et de mise à mort des animaux et aux conditions de protection animale dans les abattoirs indique dans son annexe IV "mise à mort des animaux - "3. Caisson à vide" que :
Les animaux doivent être mis en caisson étanche où le vide est rapidement réalisé par une pompe électrique puissante.
Ici on demande que le vide soit rapidement réalisé, or la grande vitesse de décompression est justement dénoncée comme facteur de souffrance par le rapport 2000 de l'AVMA....

L'arrêté du 12 décembre 1997 qui autorise le caisson à vide est illégal
ce procédé du caisson à vide est réputé pour faire souffrir les animaux. On ne comprend pas son autorisation car il ne respecte pas l'esprit de l'article L 214-3 du code rural, ni le texte de l'article R 214-70 qui exige une mort immédiate.

En effet la mort par asphyxie n'est pas instantanée et l'animal agonise pendant plusieurs minutes dans la souffrance de la privation d'oxygène. C'est un mauvais traitement à un animal et on peut même se demander si ce n'est pas un acte sanctionné par le code pénal....... La loi française, en théorie, interdit un tel procédé mais avoir de bonnes lois c'est bien, encore faut-il les respecter. Ce que notre gouvernement n'a pas fait ici soutenu il est vrai par un groupe d'experts soutenant que cette méthode est sans douleur.

Veuillez agréer mes salutations distinguées

PM



lettre de la ville de Nancy

Madame,

Vous avez récemment fait parvenir aux élus de la Ville de Nancy sous forme de courrier électronique, le texte d'une pétition concernant les captures de pigeons de ville et leur euthanasie.

Etant conseiller technique auprès de la Ville de Nancy pour les questions animales, je suis amené à réagir sur la teneur du texte que vous diffusez et à vous apporter un certain nombre d'éléments de réponse, au-delà de la polémique et des aspects passionnels.

Le premier point que j'aborderais est celui du fonctionnement de nos institutions et plus particulièrement celui des collectivités locales.
Pensez-vous que les élus d'un ville importante comme Nancy, prennent des décisions au simple gré de leur humeur ou de prospectus d'officines plus ou moins fantaisistes ? Croyez-vous que dans notre société où les valeurs environnementales et le développement durable prennent une place de plus en plus importante, le maire d'une ville puisse valablement argumenter devant le conseil municipal et ses concitoyens sans consulter d'experts et les services de l'Etat ni s'entourer des conseils de ses fonctionnaires ?
Etes-vous persuadé qu'une ville puisse s'attacher les services d'une entreprise ne respectant les textes réglementaires et un certain nombre de normes ?

Soyez assurée que ce n'est pas le cas et que sur la question précise de la régulation des pigeons à Nancy, une large concertation a été opérée et que toutes les décisions ont été prises en connaissance de cause.

Aussi, je conteste certains termes qu'à défaut d'avoir vous-même utilisés, vous semblez accepter : vous parlez "d'éradiquer" les pigeons, ce qui est un terme impropre puisque nous sommes là (comme dans le cas de quelques autres populations aviaires : étourneaux, corvidés, cormorans...) dans une problématique de régulation; il ne s'agit pas d'éliminer ces populations de volatiles mais de limiter leur trop grand développement. Devant ce problème grandissant en milieu urbain, plusieurs entreprises se sont spécialisées et leurs méthodes font l'objet de validations et de vérifications par les services de l'Etat. Les assertions que vous signez à l'encontre de l'entreprise Hygiène Action ne me semblent pas non plus justifiées; le procédé utilisé (appauvrissement en air) ne provoque en aucun cas les éclatements d'organes décrits et la question de la souffrance animale a été analysée lors de la mise au point de cette technique.

Tout celà me conduit à la véritable question de fond de votre réaction, résumée dans le laconique "laissez-les vivre !"
Aujourd'hui, dans une attitude responsable, il ne saurait être question de laisser faire" : faut-il "laisser vivre" les rats, les blattes, les moustiques ? La régulation de certaines populations d'animaux s'imposent en milieu urbain parce qu'elles ne vivent plus dans des conditions naturelles (absence de prédateurs, nourriture en surabondance et éventuellement distribuée). Il est aussi à remarquer dans le cas du pigeon de ville qu'il ne s'agit en aucun cas du pigeon biset (espèce sauvage menacée et nichant dans les falaises du Sud de la France) mais des différents avatars résultant de croisements anarchiques de races domestiques. Outre les dégâts constatés qu'ils provoquent et les risques sanitaires qu'ils représentent, il ne faut pas non plus croire que la prolifération de ces oiseaux et d'autres reste sans influence sur les autres espèces et leur augmentation en nombre se traduit aussi par une baisse incontestable de la biodiversité dans les villes.

La régulation est une impérieuse nécessité de gérer ces animaux. Vous proposez l'emploi d'un "pigeonnier contraceptif" comme alternative aux stratégies qui sont définies avec beaucoup de difficultés dans nos villes.
Sachez-le, dans ce domaine comme dans d'autres, il n'y a pas de solution miracle ! La régulation des pigeons passe certainement en partie par la piste que vous suggérez mais il faut aussi informer les "nourrisseurs", dénicher dans les édifices publics, recourir à l'effarouchement, protéger les édifices fragiles et de temps à autre se livrer à des captures. Le tout dans un souci d'hygiène publique et de respect des lois et règlements, car tout ceci n'a rien à voir avec les mots très forts que vous utilisez à notre encontre et qu'il faut à mon avis réserver à d'autres causes environnementales bien plus graves.

Dans tous les cas, je me tiens à votre disposition pour toute suggestion et de dialogue sur ce problème

Veuillez agréer, Madame, l'expression de mes hommages les plus respectueux


Vos coordonnées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/protegeonslesanimaux
 
Aider les pigeons de la ville de Nancy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les goélands s'attaquent aux pigeons de ville
» Tourterelle trouvée agonisante en pleine ville...
» ASSO STEPHANE LAMART - DEFENSE DES PIGEONS
» Problème de pigeons.
» Aider l'association Lapalomatriste : SOS Pigeons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Protégeons les animaux :: Les maltraitances :: Les animaux errants :: Agir!-
Sauter vers: