Tout savoir sur l'actualité dans la protection des animaux, agir par des pétitions, des lettres, des manifestations, et se faire de nouveaux amis!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Boycott des produits du phoque : Ottawa montre les dents

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arkana
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3124
Age : 35
Localisation : Hainaut - Belgique
Date d'inscription : 16/08/2005

MessageSujet: Boycott des produits du phoque : Ottawa montre les dents   Jeu 2 Aoû - 23:57

Boycottage des produits du phoque: Ottawa montre les dents

http://www.cyberpresse.ca/article/20070801/CPACTUALITES/70731259/1019/CPACTUALITES


Le mardi 31 juillet 2007

Boycottage des produits du phoque: Ottawa montre les dents
Nadielle Kutlu


La Presse

*Le Canada entend livrer une bataille aux pays qui interdisent les produits dérivés du phoque. La Belgique est le premier ciblé. Ottawa fera ainsi appel à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour remettre en cause la décision belge.*


Après l'Italie en 2005, la Belgique a interdit l'importation et la
commercialisation de tous les produits qui proviennent du phoque, en janvier dernier. Depuis, l'initiative a eu un effet domino en Europe. Il y a à peine deux semaines, le même genre de décision est entrée en vigueur aux Pays-Bas.
L'Allemagne, la France et les Pays-Bas étudient la possibilité d'en faire autant. Un boycottage existe aussi aux États-Unis, au Mexique et en Croatie.


Pour Ottawa, cet embargo va à l'encontre des normes de l'OMC. «De concert avec l'Union européenne et la Belgique, nous tenterons de trouver une solution positive au problème», a déclaré hier le ministre fédéral du Commerce international, David Emerson.

Selon le gouvernement, il faut contester la loi belge pour empêcher d'autres membres de l'Union européenne d'adopter un boycottage semblable.
«Il est déplorable que nous ayons dû en venir là, mais le gouvernement du
Canada luttera contre les interdictions de ce type sur tous les fronts», a
ajouté le ministre des Affaires étrangères du Canada, Peter MacKay.

*Après l'interdiction américaine*

L'annonce du gouvernement est survenue hier, 24 heures à peine après que la Chambre des représentants des États-Unis eut exigé la fin de la chasse aux bébés phoques au Canada. Et ce n'est peut-être pas le fruit du hasard.

«Les États-Unis sont un grand allié, notre plus grand partenaire commercial.
Le Canada est toujours à l'écoute des États-Unis», a d'abord souligné André Lemay, attaché de presse de Peter MacKay, joint au téléphone.

Mais il déplore que des politiciens « mal informés » aient voté en faveur
d'une telle décision. « La chasse aux phoques au Canada a été vérifiée par
des vétérinaires indépendants. Le Canada n'a rien à cacher », précise-t-il.

La chef de l'opposition au Sénat canadien, Céline Hervieux-Payette, qui intervient souvent dans les dossiers concernant la chasse aux phoques, était outrée hier par la décision politique de nos voisins du Sud. « C'est encore une victoire pour les grands lobbies américains, a-t-elle lancé. Pourtant, on a des réglementations. On a adhéré aux conventions internationales. On est un pays civilisé. »

Elle est cependant ravie de voir que le Canada négociera devant l'OMC «même si la réaction, dit-elle, a pris du temps. L'initiative permettra de freiner ceux qui salissent notre réputation pour rien».

Est-ce une façon pour Ottawa de répliquer à Washington ? «Je pense qu'il y a une petite coïncidence. Le gouvernement étant minoritaire, ça doit jouer aussi», répond la sénatrice.

Au Canada, la plus importante chasse aux phoques se tient à Terre-Neuve. Au Québec, c'est aux Îles-de-la-Madeleine. Le président des chasseurs de phoques madelinots, Jean-Claude Lapierre, considère que les États-Unis n'ont pas à se mêler des affaires canadiennes.

Mais selon ce dernier, la décision du Congrès a au moins fait bouger le
Canada. «Ça va faire du bien à l'industrie», reconnaît-il, déplorant
toutefois la trop grande influence politique des États-Unis sur le Canada.

Près de 8000 permis de chasse sont vendus aux Îles-de-la-Madeleine. Mais il y aurait environ 300 chasseurs actifs, souligne M. Lapierre.

L'annonce d'Ottawa réjouit aussi le cinéaste Raoul Jomphe, réalisateur de Phoques–le film. « C'est l'occasion pour le gouvernement de s'affirmer en se tenant debout. La chasse aux phoques est la plus surveillée au monde. Je l'ai vérifié et observé moi-même », soutient-il.


===============================================================

http://www.cyberpresse.ca/article/20070801/CPACTUALITES/708010645/1019/CPACTUALITES

Le mercredi 01 août 2007

L'image du Canada entachée

Martin Croteau
La Presse
Le pays du sirop d'érable, des Casques bleus et de Céline Dion est-il
vraiment un modèle pour les autres ? L'image du Canada est une fois de plus
mise à mal par une activité économique somme toute bien marginale : la
chasse aux phoques. Portrait d'un désastre de relations publiques aux
proportions internationales.

Depuis deux ans et demi, des centaines de restaurants aux États-Unis
boycottent les fruits de mer canadiens. Même l'importante chaîne Legal Sea
Foods a obligé ses 34 succursales à acheter du crabe ailleurs. Selon les
organisateurs, des épiciers et 400 000 Américains ont emboîté le pas. Non
pas à cause des crustacés, mais bien des phoques.

C'est l'une des conséquences inattendues d'une lutte sans merci entre les
groupes de défense des animaux et le gouvernement canadien. Puisque les
chasseurs de phoques ne sont pas très nombreux - environ 11 000 - la Humane
Society of the United States (HSUS) s'est attaquée à un bien plus gros
poisson: les pêcheurs.

Quarante ans plus tard, les défenseurs des droits des animaux -
majoritairement étrangers - n'ont toujours pas lâché prise, bien au
contraire. Et selon plusieurs, leurs efforts ont porté leurs fruits.

«L'image du Canada à l'étranger, par rapport aux phoques, est désastreuse»,
tranche Bernard Dagenais, spécialiste en stratégies de communications à
l'Université Laval.

Tout a commencé dans les années 60, lorsqu'un documentaire a mis en scène un
chasseur dépeçant un phoque vivant. Puis vinrent les images de petits
blanchons, massacrés à coups de hakapik, ces longs bâtons munis de pics.

«On a réussi au cours des années à faire du blanchon l'image de la barbarie
humaine», constate le cinéaste Raoul Jomphe, auteur d'un documentaire sur le
sujet.

Dès lors, les célébrités se sont mêlées au débat. En 1976, Brigitte Bardot
se rend elle-même sur la banquise. Les images de la star serrant dans ses
bras un bébé phoque ont fait le tour du monde. Encore aujourd'hui, la
mignonne petite bête blanche sert de tête d'affiche à une constellation
d'opposants à la chasse. Même s'il est interdit de l'abattre depuis 1987.

«On utilise l'image du blanchon parce qu'elle émeut le public, indique Raoul
Jomphe. Et le public, qui se sent coupable, va délier les cordons de sa
bourse et donner généreusement à ces groupes. Alors, ça devient une business
qui fonctionne et plus on tape sur le clou, plus on reçoit d'argent.»

Politiquement, les coups portent aussi. «Je pense que beaucoup de gens ici
aux États-Unis sont surpris d'apprendre que cette pratique persiste, et que
le gouvernement canadien ne l'a pas interdite il y a plusieurs années»,
explique Julia Hathoway, directrice de l'International Fund For Animal
Welfare. Le groupe de pression de Washington applaudit la décision de la
Chambre des représentants d'adopter une résolution s'opposant à la chasse
aux phoques.

Même son de cloche en France. «On comprend mal que le gouvernement canadien
puisse encore soutenir ce type de chasse», croit Olivier Raffin, de
l'organisme Fourrure Torture.

En 1982, la Communauté économique européenne a interdit l'importation de
peaux de jeunes phoques. L'année suivante, les chasseurs canadiens ont connu
une saison désastreuse. Ottawa a bien tenté de s'ajuster. Le gouvernement a
imposé des quotas dès 1971. La chasse aux blanchons a été bannie en 1987.
Aujourd'hui, les techniques de mise à mort des animaux sont strictement
réglementées et la police surveille les chasseurs de près.

Cela n'a pourtant pas empêché l'Italie de rendre le commerce des produits du
phoque illégal en 2005. La Belgique a fait de même au début de l'année. Les
Pays-Bas ont suivi il y a deux semaines. Des projets semblables sont dans
les cartons en France et en Allemagne.

«Les Canadiens ont l'impression un peu dépassée selon laquelle nous sommes
de grands leaders sur la scène internationale. C'est faux. Non seulement ne
sommes-nous pas des leaders, nous sommes de mauvais élèves!» affirme Bruce
Cox, directeur canadien de Greenpeace. Il cite en exemple la dernière visite
de Stephen Harper au Chili, où il a été accueilli par des citoyens opposés à
l'ouverture d'une mine, et l'abandon du protocole de Kyoto.

Malgré tout, les scientifiques s'entendent: le phoque n'est pas une espèce
menacée et la chasse ne menace pas sa survie. Les populations ont même
triplé en 30 ans. Mais face aux attaques répétées des défenseurs des
animaux, il faudra bien plus que des statistiques. Et selon Bernard
Dagenais, le pays a tout intérêt à trouver une nouvelle solution rapidement.

«Il faudrait qu'il y ait quelque part l'équivalent d'un lobby pro-phoque, et
celui-là je ne le connais pas. Il y a des chasseurs qui défendent leurs
intérêts auprès des élus. Mais il n'y a pas un «Monsieur phoque propre» qui
créerait un contre-courant face aux groupes de pression.»


Les chiffres
5,5 MILLIONS
Le nombre de phoques du Groenland, l'espèce la plus commune, en 2006

2 MILLIONS
Le nombre de phoques du Groenland en 1970

10 000
Le nombre de personnes dont l'emploi est lié à la chasse aux phoques

27 0000
Le nombre de phoques que le gouvernement a autorisé à chasser cette année

33 5000
Le nombre de phoques que le gouvernement a autorisé à chasser en 2006

40 MILLIONS
La valeur en dollars des produits dérivés du phoque

2005
La meilleure année en termes de profits pour les chasseurs


_
Daniel
Webmaster Acmsa
http://acmsa.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/protegeonslesanimaux
 
Boycott des produits du phoque : Ottawa montre les dents
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elle montre les dents, grogne et mord quand elle a un objet
» Help! Mon chien grogne et montre les dents!
» Chiot qui montre les dents !
» Chien qui grogne, montre les dents, et tente de mordre...
» Frelons asiatiques et pesticides : 1 double menace pour les abeilles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Protégeons les animaux :: Les maltraitances :: La chasse et la pêche :: Général-
Sauter vers: