Tout savoir sur l'actualité dans la protection des animaux, agir par des pétitions, des lettres, des manifestations, et se faire de nouveaux amis!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Analyse psy de ceux qui n'aiment pas les animaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arkana
Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 3124
Age : 35
Localisation : Hainaut - Belgique
Date d'inscription : 16/08/2005

MessageSujet: Analyse psy de ceux qui n'aiment pas les animaux   Dim 23 Sep - 21:57

Dans le lien ci-dessous, une analyse intéressante sur la démarche des
personnes qui n aiment pas les animaux.

Le message est prêt à être envoyé avec le fichier suivant ou les liens
joints :
Raccourci vers :
http://www.chien.com/index20.php?page=http://www.chien.com/Echos/actua.php?id_actua=1293&from=0

Info du 16/09/2007

Autopsy : « Je ne supporte pas les animaux »

Pour eux, les bêtes ne sont pas des amies. Ils se sentent mal en leur
présence, les trouvent sales ou sans intérêt. Un dégoût qui parle de peur du
corps et du contact physique.
« Je n’ai pas de tendresse pour les animaux et ils me répugnent. Je n’ai
d’ailleurs qu’une envie lorsque je vais chez des amis qui en ont, c’est
qu’ils enferment leur bête dans une autre pièce », raconte Catherine, 27
ans. Sans pour autant être phobique, cette jeune femme explique qu’elle « ne
supporte pas la présence d’un animal ». À l’image de Catherine, les
personnes n’appréciant pas les bêtes sont donc animées, non pas d’une peur,
mais d’un agacement, d’un dégoût ou, tout simplement, d’un désintérêt total
pour l’espèce animale.
Cette attitude de rejet ne cacherait-elle pas, comme l’indique Annique
Lavergne, docteure en psychologie et spécialiste du deuil animalier au
Canada, « une gêne face à l’amour inconditionnel dont les animaux font
preuve » ?

Un lien qui ne s’est pas créé. « Les animaux nous ramènent à la simplicité
et apportent une affection constante, sans retenue », affirme la
psychologue. Une idée difficile à accepter si l’on n’a pas été habitué
précocement à leur contact. Une enfance passée sans animaux pourrait être
l’une des explications à leur rejet. Car, comme le rappelle Annique
Lavergne, les prémices de la capacité d’attachement se fondent, pour
beaucoup, dans la petite enfance. Mais rien n’est immuable et on peut tout à
fait apprendre à aimer les animaux.

Un miroir de nous-même. « L’animal peut nous renvoyer à l’image que nous
avons de nous-même », nous renseigne la psychanalyste Marjolaine Heymes.
Étant avant tout « un être sensitif, il s’imprègne des traits essentiels de
notre personnalité. Il peut alors jouer ce rôle de miroir puisqu’il est
souvent la projection – inconsciente – de son maître. » Ainsi, quand une
personne déclare détester, par exemple, les chats, qui sont des animaux
indépendants, cela pourrait signifier qu’elle est en conflit, non pas avec
cette espèce, mais avec ce qu’elle représente inconsciemment pour elle.
Deux cas de figure se présentent alors : soit l’individu n’a pas le
tempérament qu’il attribue au chat et souhaiterait l’acquérir (il est trop
dépendant – d’une personne, de son travail – et désirerait ne plus l’être) ;
soit il possède ce trait de caractère mais il voudrait en changer (son
indépendance l’isole et le fait souffrir).

Une difficulté à ressentir. « De nature instinctuelle, l’animal recherche le
toucher. Il nous interroge donc sur notre propre capacité de contact »,
précise Marjolaine Heymes. Et comme celui-ci passe par le corps, lorsqu’une
personne n’apprécie pas les animaux, cela peut signifier qu’elle est mal
dans son enveloppe corporelle, coupée de ses sensations. Le contact et les
échanges physiques deviennent ainsi, pour la personne qui n’aime pas les
bêtes, une source d’appréhension, voire d’angoisse. Une peur d’investir son
corps, et, par là même, de laisser trop de place à ses émotions, l’envahit,
et c’est ce surinvestissement de son mental au détriment de son ressenti qui
l’empêche d’avoir accès à l’animal.

Que faire ? Faites preuve d’empathie. Essayez de vous mettre à la place
d’une personne que vous connaissez bien et qui possède un animal. En vous
plaçant de son point de vue, vous pourrez entrapercevoir ce que son
compagnon lui apporte et saisirez ainsi mieux pourquoi votre ami l’aime.
Peut-être commencerez-vous alors à considérer l’animal autrement et à
estimer qu’il est digne d’intérêt, voire d’amour. Dites vous aussi que la
tendresse peut s’apprendre.
Réappropriez-vous votre corps. Le contact avec un animal engage le corps.
S’il vous est désagréable, c’est peut-être que le toucher d’une manière
générale, celui des bêtes comme des humains, vous met mal à l’aise.
Commencez par vous octroyer le droit de ressentir du plaisir par la peau. Le
massage d’un professionnel, les caresses de votre compagnon ou les crèmes
que vous appliquez sur votre corps peuvent vous donner accès à cette
sensualité.

Capucine Junguenet
http://www.psychologies.com/
Source : http://www.lejsl.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/protegeonslesanimaux
 
Analyse psy de ceux qui n'aiment pas les animaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A ceux que j'aime et à ceux qui m'aiment. Quand je ne serai plus là...
» pour ceux qui n'aiment pas les fleurs jaunes...
» Aimez vous ceux qui n'aiment pas les montres?
» Renseignements cochons d'inde
» Bonne fête Boo !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Protégeons les animaux :: Infos, articles, communiqués-
Sauter vers: