Tout savoir sur l'actualité dans la protection des animaux, agir par des pétitions, des lettres, des manifestations, et se faire de nouveaux amis!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Monde: Moins de viande pour lutter contre le réchauffemt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arkana
Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 3124
Age : 35
Localisation : Hainaut - Belgique
Date d'inscription : 16/08/2005

MessageSujet: Le Monde: Moins de viande pour lutter contre le réchauffemt   Ven 3 Oct - 23:01

Le Monde : "Moins de viande pour lutter contre le réchauffement"

Annoncé en couverture du Monde daté samedi 4/10, un article titré "Moins de
viande pour lutter contre le réchauffement - Un rapport préconise la
réduction de la consommation de produits carnés et du lait"

Antoine


Comment l'appétit pour la viande pèse sur le climat LE MONDE | 03.10.08 |
15h50 • Mis à jour le 03.10.08 | 15h50


Baisser de manière drastique la consommation de viande pour contribuer à
ralentir le cours du réchauffement climatique : le discours tenu début
septembre au Royaume-Uni par le président du Groupe intergouvernemental
d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), l'Indien Rajendra Pachauri,
lui-même végétarien, avait été très commenté. Un rapport rendu public, mardi
30 septembre, par le Centre pour la stratégie environnementale de
l'université du Surrey (Royaume-Uni) formule, en substance, la même
conclusion.

Selon un des scénarios les plus frappants, l'humanité devrait viser, en
2050, une consommation moyenne de 500 g de viande et d'un litre de lait par
semaine et par personne. Celle-ci est actuellement de 730 g et 1,5 litre
rapportée à l'ensemble de la population de la planète, mais de 1,6 kg et de
4,2 litres au Royaume-Uni.

10 % DES ÉMISSIONS BRITANNIQUES

L'étude détaille les émissions de gaz à effet de serre des diverses étapes
de la production alimentaire dans ce pays, représentatif du reste de
l'Europe occidentale. "Elle compte pour presque un cinquième de ces
émissions, explique Tara Garnett (université du Surrey), auteur du rapport.
L'agriculture y tient le plus grand rôle." Au total, la production de viande
et de produits laitiers représente à elle seule environ 50 % des émissions
de l'ensemble de la production alimentaire britannique, soit un peu moins de
10 % des émissions totales du pays.

La réduction des émissions du secteur alimentaire passe donc nécessairement
"par une optimisation de chaque étape de la chaîne alimentaire (transport,
conditionnement, réfrigération, etc.) mais aussi par un changement de nos
comportements alimentaires", dit-elle.

Selon le rapport, l'hypothèse optimiste veut que les bonnes pratiques
d'élevage et de nouvelles technologies permettent à l'horizon 2050 une
réduction de 50 % des émissions engendrées par la production animale. Mais
l'augmentation prévue des volumes en annulera le bénéfice : l'Organisation
pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) projette en effet un
quasi-doublement de la demande mondiale de viande et de lait entre 2000 et
2050.

Réduire de 50 % les émissions de gaz à effet de serre issues du bétail
passerait donc par une stagnation de la production. Ce qui, à l'horizon
2050, imposerait cette moyenne de 500 grammes de viande et un litre de lait
par semaine.

Cependant, prévient Bruno Dorin, chercheur au Cirad (Centre de coopération
internationale en recherche agronomique pour le développement), "nous
manquons encore cruellement de données pour rendre des avis définitifs". De
plus, il peut être réducteur de n'évaluer la production animale qu'à l'aune
des gaz à effet de serre. "Dans les pays du Nord, les animaux peuvent
valoriser des espaces qui stockent du carbone et de la biodiversité par
rapport aux terres mises en culture, explique-t-il. Au Sud, le bétail est
aussi un moyen d'épargne, de traction, sa production laitière une source de
protéines et de lipides. Les bouses servent de combustible, ce qui ralentit
la déforestation..."

Mais, au-delà de l'enjeu climatique, "les projections de la FAO sont à mon
sens simplement impossibles à tenir, étant donné la pression qu'engendrerait
un doublement de la production sur l'occupation des sols", estime Mme
Garnett.

Stéphane Foucart
Article paru dans l'édition du 04.10.08.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2008/10/03/comment-l-appetit-pour-la-viande-pese-sur-le-climat_1102686_3244.html#ens_id=1102784

Claude Fischler, sociologue
"Le poids des classes moyennes"
LE MONDE | 03.10.08 | 15h50

Quelle lecture faites-vous de recommandations concernant la réduction de la
consommation de viande et de lait à des fins environnementales ?

Il faut savoir que, dans les pays occidentaux, cette modification des
comportements alimentaires est en partie déjà observée. En France, par
exemple, la consommation de viande rouge a commencé à régresser lentement à
partir des années 1980. On peut y voir un mouvement de fond, aux causes
multiples. C'est aussi un mouvement que les spécialistes de la nutrition et
de la diététique accompagnent plus qu'ils ne le dirigent.

La question qui est soulevée concerne pour l'essentiel les pays émergents,
où se développent de nouveaux comportements alimentaires. Notamment dans les
classes moyennes, pour lesquelles l'appétit pour les viandes peut apparaître
comme un nouveau standard de qualité de vie. La récente affaire de la
contamination de lait chinois par la mélamine a montré la place qu'y
occupent aujourd'hui les produits laitiers.

Dans le même temps, ces pays ont de moins en moins recours aux éléments de
base de leur alimentation traditionnelle, comme le maïs ou l'igname. C'est
ce phénomène de masse qui, me semble-t-il, a et aura le plus fort impact sur
les équilibres environnementaux. Il reste à savoir dans ce contexte quel
pourra être le poids à l'échelon planétaire de nouvelles recommandations
touchant à la sphère alimentaire et qui, le plus souvent, émanent des pays
occidentaux.

Propos recueillis par Jean-Yves Nau
Article paru dans l'édition du 04.10.08.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2008/10/03/claude-fischler-le-poids-des-classes-moyennes_1102688_3244.html#ens_id=1102784
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/protegeonslesanimaux
 
Le Monde: Moins de viande pour lutter contre le réchauffemt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les P'tits Trucs pour... lutter contre la canicule
» Des drones pour lutter contre la chasse à la baleine
» La myrtille pour lutter contre l'hypertension ?
» (Question) Quelles plantes courantes pour lutter contre le pré-diabète?
» detail fertilisation pour lutter contre algues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Protégeons les animaux :: Le végétar/lisme-
Sauter vers: