Tout savoir sur l'actualité dans la protection des animaux, agir par des pétitions, des lettres, des manifestations, et se faire de nouveaux amis!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 PROCTER ET GAMBLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arkana
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3124
Age : 35
Localisation : Hainaut - Belgique
Date d'inscription : 16/08/2005

MessageSujet: PROCTER ET GAMBLE   Jeu 10 Nov - 23:57

Contacter Procter et Gamble ( pour rappel :
http://www.experimentation-animale.org/actions/laboratoires/procter_gambles.html )

frcr.im@pg.com

Modele de lettre :

*****Lettre modèle de protestation (Par Avea sur ANIMAUZINE)*****


La lettre ci-dessous a été rédigée à l’attention de divers laboratoires scientifiques qui répondent d’une manière fuyante et peu convaincante quand on leur demande s’ils ont totalement banni l’expérimentation animale. Ce même texte peut être retravaillé et adapté à souhait pour argumenter votre position dans bien d’autres occasions où vous souhaiteriez marquer votre opposition à l’expérimentation sur les animaux.




Nous avons bien reçu votre réponse et nous vous remercions de l’attention que vous avez portée à notre courrier.

Dans votre lettre, vous nous dites votre volonté de garantir la
sécurité des consommateurs tout en évitant de recourir à des tests sur les animaux.
Vous rappelez d’ailleurs votre décision de ne plus tester les produits sur
des animaux et de vous engager dans la recherche et l’utilisation de
méthodes alternatives. Les matières premières comme vos produits finis sont, dites-vous, testés in vitro et les résultats validés ensuite par des études cliniques.

Devons nous en conclure que vous avez totalement banni les tests in
vivo, que vos laboratoires sont exempts d’animaleries et qu’aucun animal n’y est utilisé, qu’il s’agisse d’évaluer l’irritabilité des produits ou leur toxicité ?

La suite de votre lettre semble cependant contredire vos engagements,
puisque vous admettez pratiquer de tels tests, quand une autorité légale ou sanitaire vous le demande. Pourriez-vous préciser ces circonstances spéciales, et de quelles autorités il s’agit ?

Les méthodes de substitution dans le domaine des cosmétiques sont pourtant nombreuses et scientifiquement reconnues (par exemple, les batteries de tests Eyetex, Skintex et Solatex, des laboratoires « in vitro international »).

Ces méthodes se révèlent à l’usage bien plus pertinentes que le modèle animal.
Il n’existe en effet pas de loi qui permette de prédire, à partir du comportement expérimental observé chez une espèce, quel va être celui chez une autre espèce, ce qui ôte à ce type d’expérimentation toute valeur scientifique et toute garantie de fiabilité.

Chaque année, des milliers de produits sont d’ailleurs retirés discrètement du marché mondial à la suite de conséquences graves pour l’homme ; pourtant, ces substances avaient obtenu l’autorisation légale, après avoir fait l’objet de multiples tests sur des animaux.

La liste serait longue s’il fallait citer tous les produits qui se sont révélés dangereux, voire mortels, pour l’homme, pensons au Distilbène rendant stériles les bébés, le Primodos et les bébés phocomèles, le Phénacétine et les tumeurs rénales, l’Uréthane et le cancer du foie, ou encore le lioquinol et les neuropathies myélo-optique subaiguës (1000 morts et 30.000 personnes handicapées, rien qu’au Japon).

Vous avez, dites-vous, la volonté d’être très à l’écoute de vos consommateurs.
Dans ce cas, vous ne pouvez passer outre à ces constatations répétées d’échec de la pratique des tests sur les animaux, quant à leur capacité à protéger à long terme l’être humain.

Vous ne pouvez fermer les yeux sur le fait que des firmes multinationales chimico-pharmaceutiques, qui sont cotées en bourse et lancent sur le marché pléthore d’engrais, de pesticides et de produits d’entretien divers, dictent leur loi à tous et subordonnent la santé des personnes à leurs gains financiers.
Ces firmes savent très bien en effet que les tests sur les animaux leur laissent une marge beaucoup plus grande que les méthodes in vitro basées sur les paramètres humains, et qu’elles ont tout intérêt à faire perdurer l’expérimentation animale.

Mais la surdité des uns et l’aveuglement des autres, à travers un système qui n’accorde plus aux personnes qu’une place relative, subordonnée à ses gains financiers, ne permet plus aux gens de discerner où est leur propre intérêt, ni a fortiori d’autres intérêts, si évidents qu’on a de la peine à comprendre qu’ils puissent être ignorés, ceux qu’ont les animaux à vivre une vie agréable et à ne pas souffrir.

Voués dès leur naissance à vivre une vie de misère, d’angoisse et de souffrance, enfermés dans des cages obscures d’où ils ne sortiront que pour être torturés et tués, qui aujourd’hui s’en préoccupe ? Assujettis, nous les considèrons en fonction du seul bénéfice que nous en tirons.

Quelle voix s’élève, pour dire ce que fut l’existence de ces êtres qui sont pourtant, tout autant que nous, les humains, capables de ressentir la douleur et la souffrance ? Les animaux en effet sont des individus sensibles (désirants et souffrants), ils ne sont pas seulement dans le monde, ils sont conscients du monde, ce qui leur arrive leur importe. Tout comme les humains, les animaux ont une vie à eux qui comporte une multiplicité de besoins dont la satisfaction est une source de plaisir et la frustration une source de douleur.
Puisqu’ils peuvent souffrir et veulent l’éviter, pourquoi refusons nous de prendre en considération cette souffrance et les intérêts qui en découlent ?

Les intérêts convergents des humains et des animaux, dans le domaine de l’expérimentation scientifique, devraient permettre à chacun, s’il venait à voir clair dans les manipulations dont nous faisons l’objet, de refuser cet état de choses, et de construire un avenir où chaque être sensible, fût-il humain ou animal, ne voie pas ses intérêts essentiels bafoués au nom d’intérêts économiques ou égoïstes.

Nous vous remercions de l’attention que vous porterez à notre courrier et nous lirons avec beaucoup d’intérêt les précisions que vous voudrez bien nous fournir quant à la pratique des tests sur les animaux effectués dans vos laboratoires, à votre demande ou sur celle des autorités légales ou sanitaires.

L’abolition de l’expérimentation animale et de ses pratiques sanguinaires et indignes ne pourra avoir lieu que lorsque toutes les personnes auront pris conscience de la nécessité de ne plus y recourir, pour mettre au point de nouvelles substances, et de ne plus la cautionner, en achetant les produits qui en sont issus.

Nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, en l’expression de nos salutations distinguées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/protegeonslesanimaux
 
PROCTER ET GAMBLE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» THRIVE - Que faut-il sur terre pour prospérer ?
» collin gamble

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Protégeons les animaux :: Les maltraitances :: La vivisection :: Agir!-
Sauter vers: