Tout savoir sur l'actualité dans la protection des animaux, agir par des pétitions, des lettres, des manifestations, et se faire de nouveaux amis!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Lettre-type corrida dans les medias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arkana
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3124
Age : 35
Localisation : Hainaut - Belgique
Date d'inscription : 16/08/2005

MessageSujet: Lettre-type corrida dans les medias   Sam 20 Aoû - 23:50

Lettre type à envoyer aux médias qui font la promotion de ce type de "spectacle".

TLT (Télé Toulouse chaîne locale qui fait la pub de la première et prochaine corrida de fenouillet village près de Toulouse)

FR3 (région du sud émission pro corrida) voir ce site:

et autres...

http://www.sud.france3.fr/semiStatic/387-1282-NIL-NIL.html


Service Communication
France 3 Sud
24 chemin de la Cepière
31081 Toulouse Cedex 1

La dépêche de Midi
rédaction locale courrier des lecteurs
avenue Jean-Baylet
31095 Toulouse cedex
ou par mail à correspondants@ladepeche.fr



LETTRE TYPE:

Nous vous écrivons pour vous faire part de notre opposition à la promotion des corridas qui, comme d'autres pratiques d'un autre âge (chèvres précipitées d'un clocher, ânes bâtonnés à mort, etc.) sont indignes d'être publicités.

Le spectacle de la souffrance et de la mort d'un animal, tel que l'offre la corrida est encore monnaie courante dans trois pays de l'Union Européenne : l'Espagne, la France et le Portugal, et cela en dépit du fait qu'une très large majorité de la population y soit fermement opposée.

La pratique de ces spectacles cruels est maintenue d'une part par une minorité qui vit de la souffrance des animaux et qui s'efforce de la faire passer comme une tradition culturelle, et soutenue d'autre part par les communes, qui bénéficient indirectement de ces manifestations (le bénéfice de la ville de Nîmes par exemple, s'élevait à 1,5 million de francs en 1992).

L'état français a d'ailleurs multiplié le budget taurin de cette ville par 4 en 10 ans, si bien qu'en 1992, il atteignait 27 millions de francs. En Espagne également, la plupart des arènes, propriétés de l'état, en reçoivent des subsides, et les écoles de tauromachie sont soutenues par des colloques et des conférences organisées sur le sujet.

Ces subventions, faut-il le préciser, proviennent de l'argent public, et il est inacceptable qu'elles servent à financer des projets auxquels s'opposent la plupart des contribuables.

Les organisateurs de corridas, sans aucun scrupule, voient dans la souffrance des animaux une source inépuisable de profit. On parle même actuellement de corridas de bienfaisance, sensées donner à la cruauté gratuite une apparence humanitaire. Mais nous ne sommes pas dupes, en acceptant l'argent issu des sévices infligés aux animaux, des organisations comme la Croix rouge ou l'Association des victimes du terrorisme se mettent au service de la tauromachie et de ses cruautés, et non l'inverse.

Sans parler des souffrances endurées par les taureaux dans les élevages (combats provoqués, etc.), comment qualifier les pratiques de la corrida, qui consistent à affaiblir le plus possible l'animal, en lui infligeant de multiples blessures, pratiquées à cheval avec une lance (dont la pointe de 14cm sectionne les muscles de la nuque, de sorte qu'il ne puisse plus relever la tête) ou des banderilles (sorte de crochets de fer colorés, allant par paire et au nombre de trois), qui restent fichés dans son dos, le saignant et attaquant ses muscles au moindre de ses mouvements.

C'est un taureau blessé et épuisé qu' «affronte» le matador, jusqu'à ce qu'il lui donne le coup d'épée final, souvent manqué, qui au lieu de tuer net l'animal, lui perfore les poumons et le condamne à une lente asphyxie.
Que l'animal soit encore conscient, peu importe, le matador lui sectionnera une oreille ou les deux, ou la queue, qu'il brandira fièrement devant un public assoiffé de sang.

Que dire aussi des tortures qui précèdent la corrida elle-même, comme celle de l' «afeitado», la veille du spectacle, qui consiste à raccourcir les cornes sur 6 à 11cm, sans anesthésie, avec scie, marteau et papier de verre? Les cornes ne sont pourtant pas une simple masse osseuse insensible, et une telle opération est susceptible de causer une grande douleur physique.

En 1989, l'ordre espagnol des vétérinaires révélait que des sacs de sable de 100kg étaient projetés sur la colonne vertébrale du taureau, la veille du combat ; d'autres constatent régulièrement que diverses drogues (dont le chlorydrate dexylozybne) sont administrées aux animaux.

Dans cette matière, on ne peut que remarquer l'hypocrisie de l'Union Européenne, qui légifère et adopte des mesures de protection animale, mais qui fait une exception pour les corridas, donnant à penser qu'ils croient en l'existence d'une hiérarchie dans la souffrance animale.

Mais au vu de la cruauté que recèlent ces pratiques, ne doit-on pas s'interroger aussi sur l'attitude des spectateurs, qui exigent des taureaux redoutables, chahutent les toreros prudents, et révèlent de la sorte leur désir inavoué de voir des hommes étripés?

La corrida flatte dans l'homme ce qu'il a de plus vil et cette seule raison justifierait son interdiction. A l'inverse, on constate qu'aujourd'hui elle est encouragée, jusque parfois dans les écoles, où des partisans de la tauromachie n'hésitent pas à se rendre pour faire leur publicité.

Alors que les enfants portent souvent un regard très critique sur la manière dont nous traitons les animaux, ces campagnes publicitaires les invitent à penser que la violence pratiquée sur les animaux constitue un exutoire légitime à notre propre agressivité.

La violence pourtant, quel que soit celui sur lequel elle s'exerce, humain ou animal, devrait être combattue sous toutes ses formes.

Que ce type de spectacle sanglant ait ou non une histoire, que nous importe?
D'autres pratiques injustes ont la leur - pensons à l'esclavage, ou à la torture - cela les rend-elles plus acceptables?

Nous l'avons dit, la majorité de la population européenne se prononce contre la corrida et souhaitent que ces spectacles soient interdits.

Nous vous remercions dès à présent de l'attention que vous porterez à notre réaction. Dans l'espoir que vous consacriez à l'avenir des articles et des dossiers dénonçant ces pratiques cruelles, veuillez croire, Madame, Monsieur, en l'expression de nos sentiments les meilleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/protegeonslesanimaux
 
Lettre-type corrida dans les medias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettre type à envoyer au Maire de Combs (déchatisation) !
» Baisse de loyer - Lettre type de demande
» 2 chiots type Border dans l'Aude...
» Chiot de type Coton de Tuléar à placer dans le VAR
» SOS chiots 2 mois type Labrador abandonnés dans un carton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Protégeons les animaux :: Les maltraitances :: La corrida :: Agir!-
Sauter vers: