Tout savoir sur l'actualité dans la protection des animaux, agir par des pétitions, des lettres, des manifestations, et se faire de nouveaux amis!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Des animaux et des hommes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arkana
Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 3124
Age : 35
Localisation : Hainaut - Belgique
Date d'inscription : 16/08/2005

MessageSujet: Des animaux et des hommes   Jeu 8 Déc - 5:35

http://permanent.nouvelobs.com/conseils/livres/obs/2135/crit2135_134.html

Les raisons d’un succès

Hannah et ses singes
Russell Banks imagine la trajectoire d’une gauchiste américaine qui passe de la défense des opprimés à celle des chimpanzés

« Les seuls personnages qui agissent humainement dans ce livre sont les animaux », annonce le prix Nobel J. M. Coetzee sur l’édition américaine d’« American Darling », le nouveau roman de Russell Banks. Cela se veut une réclame, c’est peut-être la limite de ce livre ambitieux – souvenirs à la première personne d’une révolutionnaire, de la fin des années 1960 à nos jours. Après le magnifique « Pourfendeur de nuages », où Banks narrait l’épique et sanguinaire sédition de l’antiesclavagiste blanc John Brown (1800-1859), voici donc l’histoire d’une autre révoltée. Après le terroriste patriarche, la terroriste second couteau, inconnue au bataillon de l’histoire. Fille unique d’un pédiatre de gauche fameux pour ses ouvrages comme pour son combat contre la guerre au Vietnam, « produit parfaitement usiné d’une vieille lignée puritaine de Nouvelle-Angleterre », lectrice de Fanon et de Régis Debray, Hannah Musgrave a rejoint le Weather Underground, ce mouvement clandestin fondé en 1969 qui prône la violence pour renverser Nixon. Son principe politique : « Mon pays, mon ennemi. » Son credo érotique : coucher avec des Noirs, des juifs ou des femmes, « n’importe qui pourvu qu’il ne soit pas comme papa », dit-elle avec une ironie rétrospective.


Fichée par le FBI, alors qu’elle n’est qu’une munitionnette au sein du mouvement, la froide Hannah fuit au Liberia, où elle épouse le ministre délégué à la Santé, dont elle aura trois enfants. Si ce pays d’Afrique de l’Ouest fascine tant l’auteur, c’est par son « lien pervers » avec les Etats-Unis : en 1825, le nombre croissant des esclaves libérés dans les rues de Philadelphie ou de Boston inquiète les Blancs. La Société de Colonisation américaine décide d’envoyer 50 000 de ces chrétiens à la peau brune au Liberia, non sans leur consentement. Là, ces Noirs américains assujettissent les Africains et reproduisent « le vieux système des surveillants de plantations élaboré dans le sud des Etats-Unis… Rien n’exige que la main qui tient le fouet soit blanche ».
Conteur impeccable, Banks chronique la vie au Liberia moderne, cette « officine de change » dévolue aux pots-de-vin de palme de la corruption universelle. A Monrovia, capitale du pays, Hannah, l’ancienne rebelle qui fabriquait des bombes dans son sous-sol, mène une vie de desperate housewife auprès de son homme, Woodrow Sundiata, fidèle collaborateur des présidents successifs et de leurs turpitudes. « Au moins, le capitalisme est bon pour quelques-uns d’entre nous, pas vrai ? » dit le mari. Ce personnage de technocrate africain coincé et pas exotique pour un sou (malgré ses 42 frères et sœurs) est une des réussites du roman. Hannah n’aime pas cet époux chrétien qui la trompe avec sa bonne, et qu’elle trompe, une fois, avec son chauffeur. Bref, l’ambiance n’est pas aux United Colors Of vous savez qui.
Hannah se sent aussi étrangère à ses trois fils, lesquels se révéleront d’atroces tueurs-émasculateurs dans la guerre civile à venir entre Samuel Doe et son rival Charles Taylor. Ses « amis les plus intimes» sont les chimpanzés du laboratoire d’hématologie qu’elle fréquente.
Pour écrire son livre, Banks a visité les sanctuaires de singes au Québec, en Ohio, en Caroline du Sud. Lors d’une visite en Sierra Leone, le chimpanzé Bruno, un mâle alpha, l’a même bombardé de grosses pierres. « Il a cru que j’étais, moi aussi, un mâle alpha. Heureusement, j’ai l’habitude de ce genre de réaction : ça se passe de la même façon dans les cocktails avec Norman Mailer », dit Banks au « Nouvel Observateur ». Problème : il est aussi difficile de garder son sérieux en lisant certaines confidences de Hannah – « Ce n’est qu’avec les chimpanzés que je me suis sentie vraiment mère » – et il est ardu de la suivre lorsqu’elle compare le laboratoire des singes à un « vaisseau négrier ». Cette disciple de John Brown remplaçait donc la cause des Noirs par celle des primates supérieurs. Et hop. On imaginait que c’était là une forme de déchéance pour l’héroïne et que cette peinture relevait de la satire politique. Hélas, on n’avait rien compris. Il s’agissait d’une rédemption. Interrogé par nos soins, l’auteur, jetant son masque narratologique par-dessus les moulins, appuyait sa narratrice dur comme fer : « Son amour des singes, c’est la part d’humanité de Hannah. »
De là la formule publicitaire de Coetzee, l’auteur de « Disgrâce », dont le héros, rappelez-vous, s’initiait à la compassion pour les animaux dans un sanctuaire pour chiens – mais d’un cœur autrement rétif et problématique
que l’extatique zoophile de Banks. Gare au gorille.

« American Darling », par Russell Banks, Actes Sud, 396 p., 24 euros.

En chiffres
Ex-plombier, ex-étalagiste, père de quatre filles, Russell Banks est né en 1940 dans le Massachusetts. Il est notamment l’auteur de « Sous le règne de Bone » (14 000 exemplaires) et de « De beaux lendemains » (20 000).
Cate Blanchett veut incarner au cinéma l’héroïne d’« American Darling », qui s’est vendu à 50 000 exemplaires aux Etats-Unis et est tiré en France à 22 000.


Par Fabrice Pliskin
Nouvel Observateur - 06/10/2005
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/protegeonslesanimaux
 
Des animaux et des hommes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CHRISKA - 2 ans - Des Animaux et des Hommes à Bouguenais (44)
» SAMBA - x epagneul/setter 9 ans - Refuge des Animaux et des Hommes à Bouguenais (44)
» LEXAS - x labrador - Des Animaux et des Hommes à Bouguenais (44)
» PRALINE, 18 mois, des animaux et des hommes 44
» La vie des animaux selon les hommes.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Protégeons les animaux :: Espace détente-
Sauter vers: