Tout savoir sur l'actualité dans la protection des animaux, agir par des pétitions, des lettres, des manifestations, et se faire de nouveaux amis!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Aïd el kébir : un vrai carnage!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arkana
Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 3124
Age : 35
Localisation : Hainaut - Belgique
Date d'inscription : 16/08/2005

MessageSujet: Aïd el kébir : un vrai carnage!!   Sam 14 Jan - 3:30

A Bruxelles, la fête du Mouton a parfois tourné au cauchemar
Un Aïd à ranger au rayon boucherie


LE SITE D’ABATTAGE régional à Bruxelles installé pour l’Aïd-el-Kebir a été le théâtre de graves dysfonctionnements.

Un carnage affreux, dénoncent des témoins. L'Aïd-el-Kebir, la fête du Mouton, s'est transformée en cauchemar, mardi. Les sacrificateurs peu expérimentés n'ont pu faire face aux 3.000 moutons à égorger en un jour.
L'eau manquait au début, l'électricité a déposé les armes pendant l'après-midi, mais ce ne sont que détails face à l'horreur qui a envahi les abattoirs. Des moutons à moitié égorgés tentant de fuir la gorge tranchée, d'autres décédés d'une crise cardiaque, des rivières de sang... Les policiers ont dû prêter main-forte aux sacrificateurs. Excédés, certains fidèles en sont venus à menacer au couteau agents et organisateurs. D'autres ont été vus en train d'égorger eux-mêmes leur mouton sur le sol, parfois dans la boue. Il n'y a eu ni procès-verbal ni arrestation malgré les bagarres.

La police de Bruxelles-Ixelles a envoyé, hier, un rapport aux bourgmestres de la zone, Willy Decourty et Freddy Thielemans, et au procureur du Roi. La décision de porter plainte pour maltraitance des animaux revient au procureur. Gaia, l'association de défense des animaux, a décidé de déposer plainte contre X pour maltraitance animale.
Le secrétaire d'État bruxellois à la Propreté publique, Emir Kir (PS), dresse un bilan plus que mitigé de l'initiative régionale: «Je souhaite faire part de mes regrets à tous les fidèles musulmans qui se sont rendus à l'abattoir régional. Malgré tous nos efforts, les conditions étaient loin d'être idéales.» Une canalisation d'eau a rompu vers 10 heures. Les musulmans étaient censés aider les sacrificateurs, mais ne le savaient pas.
Enfin, le nombre de sacrificateurs et d'habilleurs était insuffisant, sans compter que certains n'étaient pas suffisamment formés. Environ 350 personnes ont exigé d'être remboursées.

Mais Kir se veut positif sur le nombre total d'abattages. Il estime que ces sacrifices légaux ont triplé par rapport à l'an passé, Si l'on prend en compte les sites d'abattage communaux (Molenbeek, Anderlecht et Schaerbeek) et le site régional, près de 3.700 moutons ont été sacrifiés. Un chiffre qui doit encore être revu à la hausse puisque Molenbeek laissait son site ouvert hier encore.

En 2005, seules 1.291 bêtes étaient passées par les sites officiels, sur un total de 15.000 à 18.000 sacrifices.
Malgré cette progression de la légalité, la polémique reste vive. De nombreux musulmans sont sortis fâchés du site régional. Pour le président de l'Exécutif des musulmans, Cozkun Beyazgul, «il y a eu certes quelques dysfonctionnements, mais, dans l'ensemble, il faut se réjouir de l'amélioration de la participation par rapport à l'an passé. Je suis sûr qu'il y a des solutions pour améliorer le site régional pour l'an prochain. »
Au-delà de cet échec, la fête du Sacrifice pose aussi la question des déchets. Il est probable que des bêtes ont encore été égorgées à domicile, dans l'illégalité, et des déchets risquent fort de réapparaître. Des containers ont été placés à Saint-Gilles, Molenbeek, Schaerbeek et l'Agence Bruxelles-Propreté. Selon un responsable de l'agence, 12.000 têtes de moutons abattus seraient encore «dans la nature». Hier, dix plaintes contre des dépôts clandestins ont été déposées à Bruxelles-vi11e et les carcasses ont été retrouvées. À Anderlecht: «Nous avions mis sur pied des planques pendant la nuit de mardi à mercredi. Mais nous n'avons rien remarqué.
Peut-être ont-elles eu un effet dissuasif», explique Philippe Debry, échevin de la propreté. « Des contrôleurs tournent pour repérer les dépôts et on pourra dresser un bilan définitif dans quelques jours », dit-on à Bruxelles-Propreté. Les gens pourraient aussi opter pour le sac-poubelle, afin de se débarrasser des restes, mais ces détritus ne peuvent être incinérés. «Pour les peaux et les abats, il y a une filière particulière, avec des mesures hygiéniques et des techniques spécifiques. Des sociétés spécialisées s'en occupent. »

FANNY BOUVRY
ÉMILIE HAQUIN

« IL FAUT ENVISAGER DES SUBSTITUTIONS »

Charles Picqué (PS), ministre-président de la Région bruxelloise, tire les enseignements de l'échec du site d'abattage régional des moutons. Pour lui, la question du maintien de la tradition du sacrifice est posée.

Quel enseignement tirez-vous de l'échec que constitue l'organisation d'un site régional?
Ma position de fond est claire : il faut trouver toute forme de substitution à l'abattage à domicile. Il ne faut pas transiger là-dessus et rester intransigeant.
Une alternative serait une très bonne organisation de sites d'abattage publics. Il apparaît toutefois que l'on devrait consacrer des moyens d'importance afin de garantir un abattage dans de bonnes conditions tant pour les ménages que pour les animaux ou pour l'hygiène publique.
S'il apparaît que cela est à ce point difficile à mettre en œuvre, sauf à investir des moyens tels que l'on devrait financer d'autres rites religieux - parce que c'est de cela dont il s'agit! -, il faut résolument mettre le cap sur une autre culture du rituel du sacrifice qui ne passe pas par l'égorgement d'un mouton. Point à la ligne.

Cette année-ci, l'échec est palpable. Va-t-on réessayer l'année prochaine?
De cela, nous devons encore en discuter. Nous devons voir l'ensemble des rapports qu'Emir Kir va nous faire. Je suis attentif au fait qu'il me dise qu'il y a eu pas mal de mauvaise volonté de la part de certains. Il me rapporte que certains éléments de logistique ne fonctionnaient plus, que des signalétiques ont été enlevées, que des rumeurs couraient...
Il y a eu des problèmes d'organisation dont le secrétaire d'Etat a fait l'aveu. Mais il faut analyser l'ensemble des données.
Plus fondamentalement, je crois cependant que cela pose le problème de l'adaptation aux grandes villes de rituels physiques de ce type-là. Cette question, à mes yeux, elle est posée.
Nous devons avoir un dialogue constructif avec la communauté musulmane, sans faire preuve d'intolérance. Mais je pense vraiment que nous devons encourager des substitutions à la tradition du sacrifice. Et le respect des animaux est une donnée dont nous devons tenir compte.

Propos recueillis par OLIVIER MOUTON

Commentaire : MICHEL DE MEULENAERE

LE CUISANT FIASCO DE L'AÏD 2006

« A moins d'un bricolage de dernière minute, le mépris de la loi, l'impréparation et les messages ambigus risquent d'avoir des conséquences graves.» C'est ce que nous écrivions ici, samedi dernier, à quelques jours de l'Aïd-el-Kebir. Mais ce que nous craignions alors est sans mesure avec ce que l'on découvre aujourd'hui.
Les sacrifices de moutons dans l'abattoir provisoire mis en place par la Région bruxelloise ont tourné au chaos. Beaucoup de fidèles musulmans venus faire abattre leur mouton ont été confrontés à une attente interminable.
Certains sacrifices ont tourné à la boucherie, des moutons ont été égorgés à même le sol, d'autres ont été vus, galopant la gorge ouverte. Et, au lendemain de la « fête », les lieux d'abattage étaient dans un état de propreté lamentable. Le secrétaire d'Etat à la Propreté publique, Emir Kir, a lui-même regretté des « dysfonctionnements importants ». C'est un peu court. L'Aïd était un événement totalement prévisible. Les problèmes culturels, religieux, logistiques qu'il posait pouvaient parfaitement être anticipés. Les réticences de certains, dans la communauté musulmane, à intégrer un circuit officiel étaient connues. Il y a eu, au moins, une erreur grave d'appréciation. On peut craindre que ce cuisant échec aura convaincu de nombreux musulmans que la filière clandestine est la seule valable, malgré son caractère illégal. D'un autre côté, l'image lamentable de l'Aïd 2006 - dont certains aspects, comme les dépôts clandestins de carcasses, ne sont pas encore bien évalués - apporte des arguments à ceux qui contestent l'utilisation d'argent public pour organiser cet événement religieux. Sans parler de ceux qui veulent tout simplement interdire les abattages. La date du prochain Aïd est déjà connue: 31 décembre. Un second ratage est interdit. Au travail, Monsieur Kir!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/protegeonslesanimaux
Arkana
Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 3124
Age : 35
Localisation : Hainaut - Belgique
Date d'inscription : 16/08/2005

MessageSujet: Re: Aïd el kébir : un vrai carnage!!   Sam 14 Jan - 4:19

Site à aller voir http://membres.multimania.fr/bertieru/sujet.html (le sacrifice du mouton et l'islam)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://groups.msn.com/protegeonslesanimaux
 
Aïd el kébir : un vrai carnage!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un vrai carnage
» La chasse au Liban : un vrai carnage
» Un vrai télescope
» Du vrai poney de Thelwell
» Au coeur du vrai Cuba

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Protégeons les animaux :: Les maltraitances :: Les traditions religieuses et culinaires :: Général-
Sauter vers: